En ondes perpétuelles
striées en des après-demains de soleil
la Normandie me prend par vagues
de pleine lune à marée montante
Je laisse fondre mes anciennes colères
dans le ressac hypnotiseur
d'un arc-en-ciel anglo-normand
J'entrevois des paix
dans le tréfonds de mes folies
et le vent d'Est arrondit l'arête de mes dunes
celle-là même qui me blessait encore hier
Je deviens galet roulant
caressé et caressant
en attente de la main qui me ramassera
pour me mettre dans sa poche
ou me rejeter au loin
dans l'axe d'un rond dans l'eau éphémère.

En Gulf Stream inavoué
j'épouse mes libertés insatiables
je redeviens la fille de l'air
du vent des tourbillons multicolores
qui hantent mon cerveau saturé de mots

En ondes perpétuelles
la Normandie me prend par la main
et m'entraine dans ses douceurs d'ancien marin
amoureux d'un courant d'air
et d'un horizon insaisissable
Je me déguise en plage
pour recevoir la trace de ses pas
et mon port accueille ses amarres usées
par tant de siècles de voyages.


(Rencontre. Déposé SGDL)